Publications

Par ordre chronologique :

  • « Heidegger et la technique », in Studia philosophica, Annuaire de la Société suisse de philosophie, vol. XXXV, Verlag für Recht und Gesellschaft AG, Bâle, 1975, pp. 81-127.
  • Multiples contributions à la revue Zomar, Recherches et synthèses, Bienne, douze numéros, 1976-1979.
  • Trois chroniques radiophoniques pour le Deuxième programme de la Radio suisse romande, 1980: « Biologie sociale » – « Tolérance, indifférence, intolérance » – « Les dissidents en Occident ».
  • Que l’esprit de croyance peut être le plus critique. Exposé présenté dans le cadre des Entretiens de Bienne de l’Association Ferdinand Gonseth le 27 octobre 1984, publié ensuite dans les Actes du congrès dont le thème était « Esprit critique esprit de croyance ».
  • « Comment on devient chrétien quand on est professeur de philosophie », conférence présentée en 1985 et publiée dans Actes, revue trimestrielle de l’association A.C.T.E, 74e numéro, Genève, janvier 1986.
  • Quatre articles dans la revue Art de vivre, Bienne, 1989-1991: « Camus et le mal » – « Le sommeil de la raison » – « Rue de la Tour d’Ivoire » – « Vanités ».
  • La Poursuite du vent, PBU, Genève, 1991.
  • « Le corps, l’âme et la musique » in Genos 2, Philosopher avec Daniel Christoff, Lausanne, 1992, pp. 303-313.
  • « La mort dans notre humanité » in Sens de la vie, sens de la mort, Conférences de Lavigny nº 6, 1995, pp. 7-26.
  • Dix-huit articles dans le magazine Certitudes, Bevaix, 1990-2006: « Les planètes et l’Étoile du matin » – « Les loisirs, la vraie vie? »  – « La liberté contre la nuit » – « L’apprentissage de la solitude »- « La part manquante » – « À qui la faute? » – « L’arbitraire et le n’importe quoi » – « L’humanisme et le sens des nuances » – « Tenir la distance » – « Comment peut-on être philosophe? » – « La rue et l’académie » – « Le barbare en nous » – « Ne pas se tromper de piège » – « Sur le pari de Pascal » – « Socrate: Nul n’est méchant volontairement » – « Le corps sportif » – « De la distraction » – « Les trois mondialisations ».
  • « Le temps des images » dans L’Éducateur, Martigny, 2/2004.
  • Participation à la rédaction d’un guide éthique des MITIC pour trois articles : Pourquoi un guide éthique des MITIC (en collaboration avec Dominik Petko); L’éthique et le droit d’auteur (en collaboration avec Louis-Joseph Fleury) et Consommation, marketing, publicité. Le guide a été mis en ligne sur www.educaguides.ch en septembre 2006.

Lisez gratuitement la moitié de mon nouveau livre

Mon nouveau livre La Sagesse ou la Vie. Le christianisme est-il soluble dans la philosophie? vient de paraître chez Smashwords. Il s’agit d’une édition numérique, gratuite pour la première moitié du livre, payante si vous voulez le livre entier ($9.99), que vous pouvez télécharger ici. Voyez également mon profil chez Smashwords.

Le livre peut être lu sur presque tous les ordinateurs et smartphones actuels : il est disponibles aux formats .mobi (l’application Kindle d’Amazon est disponible pour les ordinateurs, iPhone, etc.), Epub (Stanza sur iPhone ou iPad, mais aussi le logiciel Adobe Digital Editions pour PC et Mac), PDF, RTF, LRF (lecteur Sony), Palm Doc (smartphones Palm), etc. Selon mes tests, les résultats obtenus avec les formats mobi et Epub sont bons. La lecture sur iPad avec Stanza est très agréable.

Le livre contenant une table des matières détaillée et près de 400 notes (399 exactement): c’est mieux si les liens fonctionnent correctement. Le PDF a un formatage minimaliste qui le rend moins agréable à lire. Quant aux modules de lecture en ligne de Smashwords, à mon avis, ils permettent tout juste de se faire une première idée.

Présentation de La Sagesse ou la Vie

La Sagesse ou la Vie – Le christianisme est-il soluble dans la philosophie ? en quelques lignes :

Le christianisme est en perte de vitesse. Les deux millénaires de son histoire sont remplis de bruit et de fureur, de ferveur et de convictions, de compromissions sans nombre avec les pouvoirs. La philosophie a eu beau jeu de montrer qu’il n’était ni raisonnable ni même digne de foi. Comment peut-on encore être chrétien aujourd’hui ? N’est-il pas temps, enfin, de se défaire de ces anciennes croyances pour vivre
paisiblement un désenchantement lucide ?

On invoque l’obscurantisme, les guerres de religion et l’enfermement des esprits, mais les Églises, hélas, n’ont pas le monopole de ces pratiques. L’affaire ne saurait être jugée sur des motifs aussi peu spécifiques. Il faut montrer comment les schémas et les clichés se sont construits. La philosophie et l’héritage grec ont tordu le message du Christ en le pliant à leur vocabulaire et à leurs pratiques. Pour le dégager de ce qui l’a brouillé, mieux vaut se tourner vers des penseurs plus originaux que ceux qui sont habituellement convoqués pour en parler. Philosophes, ils font le procès des pratiques philosophiques qui privilégient leur sagesse au détriment de la vie.

Car c’est la vie qu’il s’agit de redécouvrir, par delà les sagesses trop étroites pour la comprendre.