Il n’y a pas de politique chrétienne

Dieu a-t-il des droits en politique ? (5 et fin)

Lire la 1re partie / la 2e partie / la 3e partie / la 4e partie

Il n’y a pas de politique chrétienne, mais il est bon que des chrétiens s’engagent en politique.

Vous comprenez mieux pourquoi tous ceux qui croient pouvoir faire advenir le royaume de Dieu en faisant de la « politique chrétienne » se trompent complètement (si mon analyse tient la route) : ils déploient une action définie en fonction de la vérité du monde. Imaginant faire avancer l’œuvre de Dieu, ils dénaturent le message de l’Évangile en le transformant en une idéologie de plus, vidée de son contenu par la lumière du monde. Transformer le message chrétien en programme politique ou en philosophie chrétienne, c’est le dénaturer, en faire un machin qui aura peut-être une couleur humaniste, parce que l’humanisme est l’héritier laïque du christianisme, mais déserté par la vie et l’Esprit de Dieu. La vérité n’est pas un concept, c’est une personne, c’est le Christ. On ne développe pas une réflexion philosophique en vue de déterminer la nature de Dieu, c’est Dieu qui se révèle et se fait connaître. Il le fait par la manière dont il nous affecte dans la vie qui vient de lui et dans laquelle nous avons pris naissance. Le royaume de Dieu n’est pas un programme politique à réaliser dans le monde, dont on sait qui est le prince, mais une réalité vivante qui se déroule de manière cachée, même si des résultats peuventt être manifestes dans le monde. Relisez les paraboles du royaume dans Matthieu 13 : la parabole du semeur, la parabole du bon grain et de l’ivraie, celle du grain de moutarde, celle du levain, celle de la perle de grand prix, celle du trésor caché, ou encore celle du filet jeté dans la mer. Il est toujours question d’une forme de croissance. Mais à la fin, il y a un tri où les anges séparent les justes et les méchants, ceux-ci étant jetés dans la fournaise de feu, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Cela ne signifie pas qu’il faille s’abstenir de s’engager en politique. Les chrétiens ne sont pas appelés à s’installer dans le monde, dans la mesure où étant fils et filles de Dieu, ils sont dans une filiation qui fait qu’ils ne sont plus vraiment à la maison dans le monde. Ils ne sont pas d’ici, mais ils vivent ici. C’est ici qu’ils sont témoins de la révélation de Dieu et du salut en Christ, ici qu’ils sont appelés à la vivre, en faisant de la politique ou autre chose. Parce que si Dieu agit en ce monde, c’est au moyen de son corps, qui est l’Église, l’assemblée des rachetés, en se révélant au travers de ceux et celles qui le suivent, ambassadeurs du Royaume, et non citoyens du monde.

Le sel de la terre contre la corruption et pour la conservation

Deux autres images pour qualifier notre rôle dans le monde en tant que fils et filles de Dieu : le sel et la lumière.  Comme pour les aliments, le sel assaisonne et conserve. La lumière du monde dont il est question ici est très différente de celle dont nous avons parlé à propos de Michel Henry. Cette lumière vient éclairer le monde autrement, en dévoilant sa trompeuse vérité et en indiquant par où on peut essayer d’en sortir.

C’est en se référant à la manière de Dieu qu’on pourra développer une éthique chrétienne véritable et sans doute aussi une politique inspirée. L’action divine n’est pas un agir technicien, mais un devenir qui advient à la manière du grain qui germe ou du ferment qui fait lever la pâte. Il ne s’agit pas de faire, ou d’agir, mais d’être : le défi est autrement plus révolutionnaire ! On n’a pas à faire advenir le Royaume de Dieu par telle puis telle action: Jésus dit : vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde.

Si nous voulons rendre à Dieu ses droits en politique, laissons-nous inspirer dans nos projets par le saint Esprit, laissons-le agir au travers de nous. C’est lui qui donne ce qu’il faut pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres, pour proclamer aux captifs la délivrance et aux aveugles (et à ceux qui ne voient que la lumière du monde) le recouvrement de la vue, pour renvoyer libre les opprimés, et pour proclamer une année de grâce du Seigneur.

Beau programme, n’est-ce pas ? Et c’est un programme dans lequel, comme l’explique Ellul dans Présence au monde moderne, il s’agit moins de faire que d’être et de vivre notre foi.

« Cela veut dire, par exemple, que nous n’avons pas à travailler, faire des efforts pour que la justice règne sur la terre : nous avons à être justes nous-mêmes, porteurs de justice, et l’Écriture nous apprend que la justice règne là où est un juste. Il est bien entendu que juste veut dire justifié par Christ : et c’est pour cela même que la justice règne là où est un juste : c’est que ce juste vit de la justice de Christ. Cette justice est présente, car c’est elle qui le fait juste. Ainsi elle n’apparaît pas comme un but à atteindre, un équilibre à obtenir, mais comme le don de Dieu, gratuit et inexplicable, qui existe dans notre vie, si bien que nos moyens ne servent pas à faire venir la justice, mais à la manifester. »


L’aveuglante lumière du monde

Dieu a-t-il des droits en politique ? (4)

Lire la 1re partie / la 2e partie / la 3e partie

Dieu a perdu ses droits en politique avec la Déclaration des Droits de l’homme et la fin de la monarchie de droit divin, mais les attentats contre Charlie-Hebdo et les tueries du 13 novembre dernier remettent en question des droits humains et l’universalité des valeurs des Lumières. Faut-il réaffirmer les droits entiers de Dieu alors que le Nouveau Testament montre que ni Jésus, ni ses disciples ne les ont utilisés par rapport aux pouvoirs de leur époque ? Pour comprendre ce paradoxe, nous aurons besoin de quelques notions empruntées au philosophe Michel Henry. 

Une autre idée du monde

Avez-vous remarqué que tout ce que nous vivons, faisons, expérimentons est toujours situé dans le temps et dans l’espace ? «C’est arrivé hier quand j’étais encore sur mon lieu de travail»… «J’ai rencontré untel en allant faire mes courses su supermarché», etc. Nous nous re-présentons (le trait d’union est voulu)  ces choses en les situant dans le temps, dans l’espace, devant notre conscience. Le terme allemand Vor-stellung (idem pour le trait d’union) dit très clairement que la représentation consiste à poser quelque chose devant soi, vor sich, c’est-à-dire dans le monde. C’est ainsi que nous percevons les choses.

Le monde est ici défini comme l’horizon de visibilité dans lequel les choses se montrent. Je vois le bleu du ciel, je vois le visage d’un enfant, je vois que dans un cercle tous les rayons sont égaux, etc. Les choses existent pour moi parce qu’elles apparaissent dans cet « au-delà » de moi qui leur donne leur vérité. Elles sont vraies parce qu’elles se montrent dans cet horizon de visibilité, autrement dit dans la lumière du monde. Tout ce qui s’y montre est vrai, n’importe quelle chose, n’importe quel fait. C’est tout vu, dit-on parfois quand on est sûr de quelque chose.

Il faut souligner que la lumière du monde est totalement indifférente à ce qui s’y montre. Elle éclaire tout de la même manière. Dans un acte extrême de démocratie phénoménologique, elle confère la vérité à tout ce qui se montre en elle : nuage, cercle, visage, geste d’amitié, carnage, viol, guerre, conférence, mensonge, etc. Ça lui est égal. Mais – et c’est ici le point crucial – c’est une vérité réduite à ce que la lumière du monde fait voir des choses. Tout le reste n’est pas pris en compte, tout le reste se trouve ignoré et nié : les choses sont ainsi réduites à leur seule apparence, mutilées, vidées de leur substance. En fait, les choses sont détruites et déjà mortes dès qu’elles apparaissent dans le monde. Comme la lumière du soleil rend visible tout ce qui est sous le soleil, sans aucune discrimination (et ne montre que cela), la lumière du monde confère la vérité à tout ce qui se montre en elle. Mais sa vérité se paie au prix fort, puisqu’elle ignore et anéantit par principe tout ce qui lui échappe.

Or la philosophie occidentale s’est développée à partir du monde et de ce qui se montre dans sa lumière. La philosophie, la science et le sens commun n’ont jamais cessé de considérer cela comme la vérité.

123rf.com/donatas1205
123rf.com/donatas1205

On me pardonnera, j’espère, cet exposé trop rapide d’une idée fondamentale de Michel Henry. Et peut-être aussi cette blague pour illustrer le point qui est en jeu. C’est l’histoire de l’homme qui a perdu les clés de sa voiture. Il fait nuit. Arrive un passant qui, le voyant occupé à scruter le sol sous un réverbère, lui demande ce qu’il fait. L’homme lui explique qu’il cherche ses clés. Le passant lui demande alors s’il se souvient de l’endroit précis où il les a perdues, et le type lui répond oui, tout à fait, c’est un peu plus loin, à une dizaine de mètres. Alors pourquoi cherchez-vous vos clés ici ? lui demande le passant. Et l’autre lui répond : Mais parce qu’ici, il y a de la lumière !

Le monde et le Royaume de Dieu

Nous sommes maintenant en mesure de comprendre comment le Royaume de Dieu est parvenu jusqu’à nous, selon la parole de Matthieu 12:28, alors qu’il n’est manifestement pas très visible.

Jésus dit que le Royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards (Luc 17:20). Je traduis cela librement en disant que le Royaume de Dieu ne se montre pas dans la lumière du monde, ou que la vérité du Royaume de Dieu n’a rien à voir avec la vérité du monde. Voilà pourquoi Jésus peut dire à Pilate que son royaume n’est pas de ce monde (Jean 18:36).

Ce n’est d’ailleurs pas la seule réalité qui échappe à la vérité du monde. Prenez la biologie, dont on dit qu’elle est la science de la vie. La biologie s’occupe d’organismes, de molécules, de réactions physico-chimiques, du code génétique, des conditions de fonctionnement de la vie, etc., mais pas de la vie elle-même. La vie elle-même est introuvable dans la lumière du monde. En revanche, elle se connaît elle-même, elle s’éprouve directement, j’allais dire concrètement, en nous, par exemple. Vous sentez que vous êtes vivants. Dans la lumière du monde, je vois que vous bougez, que vous respirez, que vous n’êtes pas inanimés, mais qu’est-ce que cela en comparaison de la manière dont chacun de vous éprouve sa vie et et de la manière dont la vie s’éprouve en vous ? Je n’éprouve rien de ce que vous éprouvez vous-mêmes. Mais vous vous savez ce que vous éprouvez, et cela, c’est une tout autre forme de révélation que celle qui s’effectue dans la lumière du monde.

Et donc il faut une autre forme de révélation pour connaître le royaume de Dieu, qui ne vient pas dans la lumière du monde. Une révélation qui passe par la vie, qui s’éprouve directement, sans l’intermédiaire de la lumière du monde, parce qu’elle relève de l’affectivité. Une révélation que le saint Esprit peut donner de manière très directe. Voyez ce que dit Jean : À ceci nous reconnaissons que nous demeurons en lui, et lui en nous : c’est qu’il nous a donné de son Esprit (1 Jean 4.13). Si vous essayez de chercher la preuve de cela dans la lumière du monde, aucune chance. Mais dans la vie avec Dieu, ou la vie de Dieu (n’oublions pas que Jésus a dit qu’il était la vie), Dieu lui-même vient attester la vérité de sa parole : Parce que vous êtes des fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son FIls, qui crie : Abba ! Père ! (Galates 4.6).

Si toute la philosophie et toute la science s’efforcent de connaître le fond des choses en partant du malentendu qui consiste à croire que ce qui apparaît dans la lumière du monde est toute la vérité, on comprend mieux le prologue de l’évangile de Jean quand il parle de Jésus :
C’était la véritable lumière qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme.
Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a pas connue.
Elle est venue chez les siens et les siens ne l’ont pas reçue:
Mais à tous ceux qui l’ont reçue, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom (Jean 1.9-12).

À suivre pour la dernière partie.