La capture et les deux minutes

Back to blogging 6/10

J’aimerais revenir sur deux choses que j’ai évoquées hier en vue de gagner un peu de tranquillité d’esprit en s’angoissant moins.

La capture. Partout et en tout temps. Ubiquitous capture, qu’ils disent. Dès que l’idée d’une tâche fait surface, ou une idée tout court, il faut la capturer et pour cela avoir constamment sous la main le lasso adéquat. Au moins un crayon ou un stylo et du papier. Ou une note dans le téléphone. J’ai déjà dit combien je suis distrait. Si j’attrape l’idée quand elle se présente et si je la mets sur du papier ou dans la boîte de réception de l’outil informatique que j’ai sous la main, je suis tranquille, je ne l’oublierai pas. Il faut que ce soit facile, immédiat. Le papier ira dans la boite de réception physique et je l’y retrouverai quand je ferai ma révision en fin de semaine. La facture reçue ira au même endroit et ne sera pas oubliée au moment de faire les paiements. Je fais probablement grand cas d’une habitude tout simple que la plupart des gens connaissent. Pour moi, procéder ainsi a été un grand soulagement.

La règle des deux minutes. Au moment de la révision, prévoir du temps en suffisance. En effet, si on tombe sur une tâche qui peut être faite en moins de deux minutes, il faut la faire immédiatement. Pourquoi ? Parce qu’il faudrait plus de temps pour la noter et la remettre à plus tard que pour s’en acquitter sur-le-champ. C’est aussi simple que cela. Ces micro-tâches sont nombreuses et les négliger fait perdre ensuite beaucoup de temps.

Je n’ai pas eu beaucoup de temps à disposition aujourd’hui pour écrire ce billet. J’en avais noté le thème et je n’ai pas eu à réfléchir pour trouver une idée. Bon, ça m’a pris plus de deux minutes, mais j’ai pu caser le temps de rédaction dans celui qu’il m’a fallu pour rentrer chez moi ce soir avec le train et le bus. C’est déjà ça.

2 réponses sur “La capture et les deux minutes”

  1. Pour moi aussi, la règle des deux minutes a été une révélation. La capture également. Je ne fais pas strictement du GTD (jamais réussi à tout mettre en place) mais je m’en inspire. J’ai un panier bordélique dans lequel rentre tout ce qui est « physique » — mais je ne le vide pas assez souvent. Au moins, le bordel est surtout concentré là. Pour le numérique, je balance des notes dans Evernote quand je suis sur mon téléphone, et je fais le tri de temps en temps. Quand c’est une tâche que je sais que je dois faire, je la note directement dans mon calendrier (j’utilise les tâches de Google Calendar ces temps, et ça marche très bien pour moi: elles sont faciles à glisser-déplacer d’un jour à l’autre pour m’organiser).

  2. C’est important de concentrer le bordel, parce qu’on sait au moins où aller rechercher quelque chose dont on a besoin. Pour ma part, concernant le numérique, OmniFocus me rend des services immenses. À n’importe quel moment, dans n’importe quelle application, je peux faire un raccourci clavier qui fait monter une fenêtre dans laquelle je note rapidement ce que je veux. Et il y a plein d’autres manières de faire entrer les tâches dans le logiciel, par mail depuis n’importe où, et bien sûr sur les iBidules. Ensuite, il faut trier, et c’est moins fun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *