Il faudrait prévoir les imprévus

Back to blogging 2/10

On a beau vouloir faire vite, des imprévus se mettent en travers de la route. Ça provoque des retards. Deux exemples.

Jeudi dernier, quand j’ai voulu faire mon premier billet pour back2blog, j’ai ouvert le tableau de bord de WordPress pour créer un nouvel article. C’est là que j’ai découvert que je devais faire 9 (neuf) mises à jour, pas une de moins. La première était celle de WordPress lui-même. Facile : il suffisait de cliquer sur un lien pour que la mise à jour se fasse automatiquement. J’ai cliqué. Il a encore fallu introduire le mot de passe FTP de mon site. Je ne m’en souvenais plus, mais je savais où je l’avais inscrit, je l’ai trouvé, je l’ai introduit et la procédure s’est remise en route. Pas longtemps : elle s’est arrêtée avec l’indication d’une erreur : le fichier machin n’a pu être copié. Impossible de continuer.

Sueurs froides. La panne. Vérification faite, le blog ne fonctionne plus. Il affiche un avertissement selon lequel le site est en maintenance. Moi qui suis d’ordinaire soucieux des sauvegardes au point d’en avoir trois, dont une est conservée ailleurs qu’à la maison, je n’ai pas pris la peine de faire celle du site avant de lancer la mise à jour. Google me livre les explications dont j’ai besoin pour procéder à une mise à jour manuelle. Méfiance : il est dit que c’est vraiment hyper simple et qu’il faut commencer par faire une sauvegarde du site. Merci, pour le coup, je me sens particulièrement nul. Par précaution, je copie sur mon disque dur deux dossiers qui paraissent renfermer mes contenus. La copie démarre, se poursuit, mais ne se termine pas. Je ferme tout et je relance le logiciel FTP. Voici qu’il réclame sa propre mise à jour. Allons-y, ils ont peut-être corrigé le bug sur lequel je suis tombé. Je reprends ensuite les opérations en suivant pas à pas les explications trouvées… et enfin la mise à jour se termine. Le site est redevenu consultable.

Je ne vous dis pas le soulagement. Enhardi par mon succès, je fais la mise à jour des thèmes et des extensions, sans aucun problème. Mais pour l’écriture du billet, c’est fini, je n’ai plus le temps. Ce sera pour demain.

Le deuxième exemple vient de mes démêlés avec les hashtags de Twitter. Je ne sais pas si ça vous arrive, mais à moi, oui. Je dépose attentivement les hashtags dans le texte de mon tweet, tout a l’air parfait, sauf qu’après vérification, je vois que le hashtag n’a pas pris : mon tweet n’apparaît pas dans le fil correspondant. Je fais un deuxième tweet encore plus attentivement. Même résultat. Sur trois tweets contenant le même hashtag, un seul a été reconnu. Heureusement, Stephanie veille au grain et retweete le lien que j’avais bien sûr oublié d’indiquer dans le tweet qui s’était comporté correctement.

Manifestement, je manque d’expérience ou j’ai perdu la main.  Manque de pratique. Et je suis distrait. Back2blog tombe à point nommé pour m’aider à reprendre de meilleures habitudes.

Sinon, pas de souci. Tout va bien, merci.

2 réponses sur “Il faudrait prévoir les imprévus”

  1. Ton tweet dont le hashtag ne prend pas, il apparaît dans ta timeline comme tu t’y attendrais? C’est peut-être que quand tu regardes le fil pour le hashtag, tu regardes juste les top tweets, et pas « tous les tweets ».

    1. Il apparaît dans ma timeline, mais quand je regarde le fil pour le hashtag, peu importe si je regarde les « top tweets » ou « tous les tweets », je ne le vois pas. Pareil pour celui annonçant le billet d’aujourd’hui. Bon, l’essentiel est que les autres le voient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *