La politique du Dernier homme

Dieu a-t-il des droits en politique ? (2)

Lire la première partie –  Avant la Révolution, les rois se voyaient comme les vicaires de Dieu sur terre. Depuis la  Déclaration des Droits de l’Homme, c’est l’homme qui a des droits en politique. 

Un texte de Nietzsche m’a donné beaucoup à réfléchir par rapport à cette évolution. C’est un passage d’Ainsi parlait Zarathoustra (1883) qui décrit ce qu’il appelle le « dernier homme ».

Portrait de Friedrich Nietzsche

Voici, je vais vous montrer le Dernier Homme :
« Qu’est-ce qu’aimer ? Qu’est-ce que créer ? Qu’est-ce que désirer ? Qu’est-ce qu’une étoile ? » Ainsi parlera le Dernier Homme, en clignant de l’œil.
La terre alors sera devenue exiguë, on y verra sautiller le Dernier Homme qui rapetisse toute chose. Son engeance est aussi indestructible que celle du puceron ; le Dernier Homme est celui qui vivra le plus longtemps.
« Nous avons inventé le bonheur », diront les Derniers Hommes, en clignant de l’œil.
Ils auront abandonné les contrées où la vie est dure ; car on a besoin de chaleur. On aimera encore son prochain et l’on se frottera contre lui, car il faut de la chaleur.
La maladie, la méfiance leur paraîtront autant de péchés ; on n’a qu’à prendre garde où l’on marche ! Insensé qui trébuche encore sur les pierres ou sur les hommes !
Un peu de poison de temps à autre ; cela donne des rêves agréables. Et beaucoup de poison pour finir, afin d’avoir une mort agréable.
On travaillera encore, car le travail distrait. Mais on aura soin que cette distraction ne devienne jamais fatigante.
On ne deviendra plus ni riche ni pauvre ; c’est trop pénible. Qui donc voudra encore gouverner ? Qui donc voudra obéir ? L’un et l’autre sont trop pénibles.
Pas de berger et un seul troupeau ! Tous voudront la même chose, tous seront égaux ; quiconque sera d’un sentiment différent entrera volontairement à l’asile des fous.
« Jadis, tout le monde était fou », diront les plus malins, en clignant de l’œil.
On sera malin, on saura tout ce qui s’est passé jadis ; ainsi l’on aura de quoi se gausser sans fin. On se chamaillera encore, mais on se réconciliera bien vite, de peur de se gâter la digestion.
On aura son petit plaisir pour le jour et son petit plaisir pour la nuit ; mais on révérera la santé.
« Nous avons inventé le bonheur », diront les Derniers Hommes, en clignant de l’œil. 

« Je vous le dis : s’ils se taisent, les pierres crieront ! »  prévient Jésus (Luc 19.40). Ici, c’est Nietzsche qui crie, l’athée, le révolté contre Dieu. Son Zarathoustra, figure retournée du Christ pour célébrer le dépassement de l’homme vers le surhumain, est confronté aux derniers hommes qui lui disent que son surhumain, il peut se le garder. Ils n’en veulent pas.

Ici-bas et maintenant

Je trouve ce texte glaçant. Cette vision du devenir veule de l’humanité est troublante. Comment ne pas y voir notre monde désacralisé, vidé de tout idéal, sauf celui de la satisfaction immédiate du plaisir du moment ? « La sécularisation du monde est allée de concert avec la sacralisation du bonheur dans l’ici-bas », confirme Gilles Lipovetsky

C’est ici et maintenant que se joue l’essentiel, c’est ici-bas et maintenant que je dois réussir ma vie. L’injonction est forte et violente, soutenue par les médias et la publicité, qui ne cessent de nous donner des images de la réussite et de nous faire la morale en nous montrant ce qui nous manque encore pour être véritablement heureux. À aucun moment de l’histoire de l’humanité, autant de biens et de services n’ont été à la disposition d’un si grand nombre de personnes. On peut consommer, jouir sans entraves (revendication de mai) et se distraire à en mourir (titre d’un livre de Neil Postman publié en 1986). « Le besoin de sens ne fait même plus problème : Dieu est mort, les grandes finalités s’éteignent, mais tout le monde s’en fout, voilà la joyeuse nouvelle, voilà la limite du diagnostic de Nietzsche à l’endroit de l’assombrissement européen », dit encore Lipovetki.

Mais la machine a des ratés. Ça ne marche pas comme ça devrait. On ne suffit pas à la tâche, la satisfaction attendue n’est pas au rendez-vous. On déprime, on se décourage, on se dope, on consomme davantage, on se drogue, on songe au suicide mais on veut une mort douce, car la souffrance et la douleur apparaissant comme des figures du mal. Et on ne comprend pas pourquoi des jeunes refusent ce système, se radicalisent, se convertissent à un islam violent, partent pour la Syrie ou le djihad ou acceptent de se transformer en bombes humaines.

Nietzsche et le dernier homme ? Zarathoustra décrit l’homme quand toute transcendance a été aplatie, quand on a définitivement oublié que l’homme passe infiniment l’homme, comme le disait Pascal. On a tout, mais on n’a rien.

Quand l’universel redevient local

Charlie, j’ai l’impression qu’il y a longtemps que cela s’est passé, et pourtant c’était au début de cette année.

Les attentats contre Charlie-Hebdo ont fait douze morts, auxquels se sont ajoutés  le lendemain les quatre victimes de la prise d’otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Et depuis, les attentats du 13 novembre à Paris ont tué 130 personnes et en ont blessé 350. Nous ne savions pas que nous étions en guerre. L’État islamique a déclaré que « cette attaque n’est que le début de la tempête » contre les « croisés » et que « la louange et le mérite appartiennent à Allah ».

Cette irruption de la barbarie au sein de la civilisation est choquante, effrayante, inacceptable, mais elle est révélatrice de la crise dans laquelle nous vivons. Essayons de comprendre pourquoi.

Venger Allah et rétablir les droits de Dieu, en quelque sorte. Charlie-Hebdo avait blasphémé en publiant des caricatures du prophète. « On a vengé le prophète Mohammed ! » ont crié les assassins de Charlie.

Les idéaux de la Déclaration universelle des droits de l’homme ne suffisent plus. Ils sont aveugles à la transcendance. Tout le sacré se trouve dilué dans le relativisme. Or il y a quelque chose de totalitaire dans une société qui condamne l’être humain à une existence sans transcendance. Sans que cela ne justifie quoi que ce soit des atrocités qu’ils ont commises, les assassins de Charlie se sont présentés comme les défenseurs de ces droits de Dieu dans une société qui ne veut plus rien en savoir, sauf pour s’en moquer et blasphémer. On ne peut pas faire l’économie d’une réflexion sur ce point.

Les idéaux de la Déclaration universelle des droits de l’homme sont en crise, dit Abdennour Bidar : ils ne suffisent plus à produire des sociétés justes, ils laissent exploser les inégalités et ont perdu toute force d’attraction. « L’Occident n’est plus le cap de l’humanité » (Derrida). On a cru qu’ils avaient une portée effectivement universelle, mais pour beaucoup qui vivent ailleurs, c’est quelque chose de typiquement occidental. Ils estiment que l’Occident devrait cesser de croire qu’il doit imposer toutes ses idées au reste du monde.

Certains gouvernements refusent même qu’on les exprime. À l’occasion du 800e anniversaire de la Magna Carta de 1215, qui est à l’origine de l’État de droit, le Royaume Uni a organisé des expositions à travers le monde. Elle a été censurée en Chine, où le parti communiste a engagé un combat contre les « valeurs universelles » tenues pour occidentales.

Magna Carta (British Library Cotton MS Augustus II.106)

Lire la suite

Une pensée sur “La politique du Dernier homme”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *